Retour au numéro
Vue 89 fois
15 octobre 2021

Pikaïa retenue pour propulser l’économie de la fonctionnalité et de la coopération au Québec

Publié par Pierre SOULOUMIAC (TBS PROGRAMME GRANDE ECOLE, 1988) | N° 103 - Oui, il y a bien un monde après la Covid !

La crise sanitaire que nous venons de traverser a accéléré un certain nombre de transitions en cours, ouvrant de nouvelles perspectives pour une société plus sobre en ressources, faisant une large place à l’économie circulaire ou aux circuits courts. L’urgence climatique induit naturellement des changements majeurs dans l’organisation des entreprises, dans les décisions gouvernementales et donc la création de nouveaux métiers porteurs de sens pour les étudiants de TBS. 


 Résilience & Plasticité  

Paul Boulanger (TBS 1994)
Président de Pikaïa

S’il ne fallait retenir qu’un seul TBS Alumni pour son implication dans l’accompagnement des transitions écologiques et sociétales, Paul aurait probablement des chances d’être finaliste tant pour la technicité de ses interventions, reconnues au-delà de l’hexagone, que par l’incroyable conviction qu’il insuffle dans chacun de ses projets.

Rien d’étonnant donc à ce que sa société ait remporté un contrat avec le gouvernement du Québec pour le déploiement de l’économie de la fonctionnalité auprès de six symbioses industrielles !

À ce stade et à l’usage du public non averti qui est peut-être sur le point de décrocher, il nous a paru judicieux de de vous proposer une approche didactique des deux concepts cités ci-dessus :

L’économie de la fonctionnalité consiste à vendre l’usage d’un bien, plutôt que le bien lui-même. Elle permet d’éviter la surconsommation de ressources, de promouvoir l’expertise et la valeur des services et de combattre l’obsolescence programmée par la production de biens durables et réparables. Les bénéfices attendus sont la mise en œuvre de modèles d’affaires inédits et résilients, l’accroissement de la compétitivité des entreprises, le développement et le maintien d’emplois locaux qualifiés et la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Les bénéfices attendus sont la mise en œuvre de modèles d’affaires inédits et résilients, l’accroissement de la compétitivité des entreprises, le développement et le maintien d’emplois locaux qualifiés et la réduction de l’émission de gaz à effet de serre.  



La symbiose industrielle
consiste à rassembler les entreprises dans des collaborations innovantes, permettant de trouver des manières d’utiliser les déchets de l’une comme matières primaires d’une autre. Le mot « symbiose » est habituellement associé à des relations dans la nature, où deux espèces ou plus échangent des matières, de l’énergie ou de l’information d’une manière mutuellement bénéfique. Une coopération locale ou à plus grande échelle en symbiose industrielle peut réduire les besoins en matières premières vierges et en élimination de déchets, permettant ainsi de boucler la boucle de matières – un aspect fondamental de l’économie circulaire et un moteur de la croissance verte et de solutions éco-innovantes. Cela permet également de réduire les émissions et l’utilisation d’énergie ainsi que de créer de nouvelles sources de revenus.

Paul cite l’exemple historique de l’écoparc de Kalundborg, au Danemark, comme la première initiative du genre en Europe.

Afin de propulser l’économie de la fonctionnalité et de la coopération au Québec, Pikaia est en charge de former de futurs accompagnateurs ainsi que des animateurs de symbioses industrielles spécialisés dans l’économie circulaire et de créer une communauté de compétences en la matière qui pourra ensuite se développer d’elle-même.

Six organisations, expertes de l’économie circulaire et proches de leur territoire, sont à l’initiative du consortium EFC Québec. Celui-ci accompagnera la transition des entreprises québécoises vers l’économie de la fonctionnalité et de la coopération, une stratégie de l’économie circulaire innovante encore peu connue au Québec.

Le projet pilote se déroulera sur deux ans. Il regroupera les six organisations fondatrices qui travailleront en binômes avec des conseillers aux entreprises de leur territoire. Ensemble, ils accompagneront 24 entreprises volontaires afin d’expérimenter l’économie de la fonctionnalité, d’engager la transition et d’en documenter les bénéfices.

De magnifiques projets, inspirants pour nos jeunes diplômés et qui ouvrent de nouvelles voies plus respectueuses de la planète !




Auteur

Pierre SOULOUMIAC (TBS PROGRAMME GRANDE ECOLE, 1988)

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.