Retour au numéro
Vue 33 fois
15 octobre 2021

Dans le domaine l’IA le rythme de l’innovation a été plus intense que jamais

Publié par Elvire PROCHILO (TBS TOP EXECUTIVE CONSEIL, 2013) | N° 103 - Oui, il y a bien un monde après la Covid !

 Découvrez sans plus attendre l'interview d'Olivier Novasque, CEO et fondateur de Sidetrade. 


 Innovation 
Olivier Novasque (TBS 1992)

Pouvez-vous nous donner un rapide aperçu de votre parcours professionnel ?

J’ai été plongé dès 1995 dans l’univers du financement des nouvelles technologies. La bulle Internet avait entraîné une frénésie d’investissements dans les start-ups, avec notamment l’apparition des premières places de marché « BtoB » en ligne. J'ai alors l’idée de créer un « hub » de services financiers afin de faciliter, garantir et financer les échanges électroniques BtoB sur ces « e-marketplaces ». Malheureusement, la bulle Internet éclate très vite et entraîne la disparition de la plupart d’entre elles. Nous nous tournons alors là où les transactions étaient effectives, c’est-à-dire au cœur du système d’information des entreprises en réalisant un pivot radical de notre modèle avec un logiciel de gestion des factures clients accessible depuis Internet. Nous étions en 2001, Sidetrade était née et avec elle un des tous premiers softwares d’entreprise dans le Cloud, depuis lors, ma carrière se confond avec son histoire !


Justement, comment a évolué Sidetrade et pouvez-vous nous présenter votre activité aujourd’hui ?

Notre plateforme s’est enrichie de multiples fonctionnalités afin d’optimiser la gestion financière du cycle client, depuis la commande jusqu’au règlement (« Order-to-Cash »). En 2015,pour exploiter les myriades de données financières accumulées dans notre Cloud, nous créon notre IA, « Aimie ».  Aimie est capable de prédire les comportements de paiement de plus de 6 millions d’entreprises et de recommander les meilleures stratégies de relance afin d’accélérer les rentrées de cash. Aujourd’hui, Sidetrade est cotée sur Euronext, emploie plus de 250 collaborateurs en Europe et aux Etats-Unis et compte plus de 2700 clients, parmi lesquels une majorité de grands groupes internationaux.

Comment votre entreprise a-t-elle vécu la crise ? Comment s’est-elle adaptée ?

L’offre de Sidetrade a été portée par le contexte sanitaire. La hausse historique des retards de paiement (jusqu'à 38% d'impayés en France mi-mai 2020 selon le tracker Sidetrade - BFM Business) aura rappelé aux entreprises l'urgence du « Cash is King ». D’autre part, l’explosion du télétravail rend indispensable la digitalisation de ses processus de gestion. L’offre de Sidetrade est donc en parfaite adéquation avec cet enjeu. La demande pour des projets de génération de cash s’est accélérée. Par ailleurs, en moins de trois jours, tous nos collaborateurs avaient basculé en télétravail et je reste encore aujourd’hui impressionné par l’engagement et la créativité dont ils ont fait preuve dans ce contexte inédit. Nous sommes sortis de cette crise plus forts que jamais.

Avez-vous profité du contexte pour innover au sein de votre activité ? 

Notre rythme d’innovation a été, pendant cette période, plus intense que jamais.

Lorsqu’un basculement aussi violent se produit et que tous les paramètres économiques changent, (services financiers désorganisés, entreprises moins enclines à payer à temps) cela représente, dans le domaine de l’IA, l’équivalent d’un crash-test dans l’industrie
automobile !
 

Nos ingénieurs ont dû affiner nos algorithmes jour après jour, afin de s’assurer que les recommandations d’Aimie demeuraient pertinentes. Par ailleurs, nous avons dû inventer de nouvelles relations de travail avec nos clients avec la complexité que représente l’accompagnement de groupes internationaux et plus particulièrement la formation de centaines d’utilisateurs à travers le monde...

Selon vous, comment l’écosystème startup /scale up dans lequel vous évoluez a vécu cette période, soutenue par des aides financières conséquentes ? 

En 202, les startups tricolores ont été en mesure de lever 5,4 Mds€ auprès des investisseurs, un record qui nous place en deuxième position en Europe. Et presque 5Mds€ sur le seul premier semestre 2021! Il ne faut donc pas se tromper de débat : si les prêts et crédits d’impôts ont été bienvenus pour beaucoup de startups, parler d’un effet d’aubaine serait une erreur d’appréciation. 

Peut-on envisager de créer son entreprise en ce moment ? Quels conseils donneriez-vous aux étudiants ou aux alumni de TBS Education qui souhaiteraient se lancer à l’heure actuelle ? 

De nombreuses success stories sont nées dans des périodes de crise toujours propices à des changements profonds de consommation et de business models. D’autre part, avec cet afflux de capitaux sans précédent, injectés sans compter par les Banques Centrales, il n’y a jamais eu autant d’argent disponible pour financer les bons projets ambitieux menés par des équipes ambitieuses. La multiplication des levées de fonds, du stade de l’amorçage à celui des licornes, crée un environnement exceptionnel pour tous les entrepreneurs en herbe.

Il n’est jamais trop tôt ni trop tard pour se lancer, la fenêtre d’opportunité est plus que jamais à portée de main, j’encourage les étudiants ou alumni de TBS Education à la saisir sans attendre !  







 

 

Auteur

Elvire PROCHILO (TBS TOP EXECUTIVE CONSEIL, 2013)

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.