Retour au numéro
Partager sur :
Vue 266 fois
12 juin 2023

La lutte contre le gaspillage est devenu une réalité opérationnelle

Publié par Pierre SOULOUMIAC (TBS Education 1988) | N° 105 - Entreprises et sobriété

Lucie LALANNE [TBS Education 2020]

Responsable RSE NEWREST GROUP SERVICES

Après une première expérience parisienne, dans le groupe Société Générale, sur les enjeux de sobriété numérique, Lucie intègre le siège exécutif de Newrest en 2020 et signe son retour à Toulouse par sa participation à la création du tout nouveau département RSE de Newrest (36 622 collaborateurs présents dans 54 pays, un des leaders mondiaux du catering multi secteurs). En effet, pour ce groupe, qui dépasse 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires, la réduction des impacts environnementaux et sociaux, est un sujet d’importance et se matérialise par des engagements RSE forts, formulés dans une charte « be the change ». Le gaspillage alimentaire est notamment une préoccupation constante de la structure et le Top management est très concerné par ces thématiques. Lucie nous détaille les premiers travaux entrepris par l’équipe RSE en deux grandes étapes. 

Le concours annuel RSE Newrest : des projets concrets permettant de réduire l'impact environnemental de leurs activités. 

Tout commence avec une première phase de sensibilisation délicate à mener —avec plus de 150 implantations à travers le monde, des cultures très variées —même si la prise de conscience est relativement partagée et qu’il existe de grandes disparités en fonction des pays. Cette phase s’est, notamment, concrétisée par un concours mondial intitulé « Les Super Héros Verts » destiné à l’ensemble des équipes du groupe dans lequel chacun peut présenter une action mise en place en local. On peut citer l’un des exemples représentatifs : la création, au Nigeria d’un potager sur le site de production ainsi que le tri puis le recyclage de déchets organiques en méthane visant à alimenter des cuisines. Les meilleurs projets ont aussi vocation à devenir des projets de référence, pouvant être dupliqués à travers le monde. Le concours, qui a connu une forte adhésion parmi les salariés, a été réitéré en 2021 et 2022.

Le calcul nécessaire de ce point de départ se traduit donc par le déploiement d’un système de reporting fiable et harmonisé sur l’ensemble des sites. Il s’agit de procéder au développement d’une nouvelle fonctionnalité du progiciel de gestion intégré (ERP) pour accélérer, harmoniser et fiabiliser le retour d’informations en provenance de toutes les unités de production. Il n’en fallait pas moins pour pouvoir confronter les actions référencées dans la charte avec la réalité opérationnelle !

 

« Pour mesurer les progrès et déployer des mesures correctives, il faut d’abord savoir d’où l’on part ! » 

 

Dans le même temps, les données collectées via le nouvel outil permettent de mesurer la progression du groupe et de rédiger le rapport de performance extra financière exigé par la législation européenne. On trouve notamment dans ces indicateurs suivis, les consommations d’eau, le tonnage des déchets organiques…

Afin d’éviter la dispersion des initiatives, il a également été acté que la direction RSE fixerait tous les six mois une thématique directrice : par exemple la collecte des déchets organiques ou la réduction de la consommation d’énergie ou de l’eau.

 

Le gaspillage alimentaire, enjeu majeur au regard de l’activité du groupe, fait l’objet d’une attention particulière.

 

Dans ce contexte assez complexe de déploiement d’un tel programme, Lucie apprécie la fermeté des décisions du groupe associée à la flexibilité, digne d’une startup, dans le déploiement, notamment dans l’identification des bonnes pratiques et leur réplication dans le groupe.

 

Cela passe par un certain nombre de recommandations et de process mis en œuvre dans la production de l'entreprise. Tout d’abord, on fait la promotion des circuits courts. En amont de la production, la conception des recettes est pensée pour minimiser les déchets, on travaille sur l’optimisation des méthodes de conservation des produits et sur l’optimisation du packaging. Pendant la production, on adapte la production aux quantités commandées. En aval de la production, on procède au calcul des quantités gaspillées et on optimise l’utilisation des invendus : vente à prix réduits aux particuliers, dons aux associations, compostage en dernier recours.

 La volonté de Newrest de réduire ses impacts est partagée avec l’ensemble de ses clients.

 

Par ailleurs, la volonté de Newrest de réduire ses impacts est également partagée avec l’ensemble de ses clients, dont les compagnies aériennes. Les indicateurs contribuant au calcul des bilans carbone des entreprises, sont de plus en plus demandés par les compagnies et sont également fondamentaux pour chaque acteur de la chaîne de valeur pour mesurer leur point de départ et leur progression.

En conclusion, les enjeux sont immenses, la mobilisation de chacun est la clé de réussite !

 

« Je souhaite que le département RSE s’efface petit à petit derrière la mobilisation collective pour que chacun, au quotidien, s’approprie ces enjeux »

 

 

 

 

 

Propos recueillis par  Pierre SOULOUMIAC  TBS Education 1988

Auteur

Pierre SOULOUMIAC (TBS Education 1988)

Articles du numéro

Commentaires

Aucun commentaire

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.