Retour au numéro
Vue 72 fois
02 juin 2022

L’histoire d’un étudiant entrepreneur ou comment apprend-on à manager ?

Christopher est actuellement étudiant en dernière année à TBS Education. Il suit un Msc en Intelligence Artificielle tourné principalement vers la Business Analytics. Mais bien plus qu’étudiant, Christopher est avant tout entrepreneur et fondateur de la startup MyIntern.


Christopher Blanc
TBS 2022

Etudiant

MyIntern est une startup qui propose aux entreprises des profils étudiants, en recherche de stage ou d’alternance, répondant directement aux offres de ces entreprises. Elle a officiellement été fondée en janvier 2021 par Christopher et un de ses amis rencontré en classe préparatoire, Alexandre Prunier. Grâce à une formation qu’il avait suivie quelques mois plus tôt, Christopher a rapidement développé lui-même le site Internet de MyIntern qui a pu voir le jour dès février.

Un leadership qui évolue au fil de la vie de la startup

Pour Christopher, le leadership se définit avant tout comme la capacité à prendre des décisions. Pour cela, le leader doit savoir communiquer avec son équipe pour mieux atteindre son objectif. À l’image de parents au sein d’une famille, le chef d’entreprise ou le manager fait face à d’importantes responsabilités et doit pouvoir driver ses coéquipiers en prenant en considération chacun. Au sein d’une startup, ce leadership est évolutif. Il prend de l’ampleur au fur et à mesure que la startup grandit.

 

 Pendant la phase de réflexion et de lancement, le leadership est moins présent puisque l’entrepreneur est seul ou en équipe restreinte - ce qui était le cas pour MyIntern avec ses deux cofondateurs Christopher et Alexandre. Ensuite, vient la phase de maturation où le leadership prend une place déjà plus centrale. À ce moment-là, l’idée est lancée et l’équipe commence à s’agrandir. Enfin, lors de la phase de scale up, un cap a été franchi et la startup se développe de manière exponentielle. Les leaders n’ont plus d’autres choix que de déléguer les tâches et d’entièrement faire confiance à leurs employés.

 

Le leadership, ça s’apprend et ça se partage

Christopher explique qu’une école de commerce comme TBS peut s’avérer précieuse quand il s’agit de manager. Par l’apprentissage de nombreux soft-skills, l’école nous permet d’exercer un leadership plus naturellement et plus rapidement dès le diplôme en poche, nous destinant ainsi à devenir des managers réfléchis et soucieux des problèmes sociaux, économiques et politiques qui nous entourent.

 

Les leaders n’ont plus d’autres choix que de déléguer les tâches.

 

Néanmoins, pour lui, ce leadership est aussi fonction de nos expériences. En effet, en début de carrière, les erreurs restent fréquentes. Au début de MyIntern, le partage de la prise de décisions entre les deux cofondateurs n’a pas toujours été évident. Chacun avait tendance à faire ses choix de son côté sans jamais réellement concerter l’autre. Avec le temps, une réelle communication s’est installée permettant un meilleur partage et une véritable hiérarchisation des tâches. Et en cas de désaccord, on laisse la discussion de côté et on revient avec des arguments pertinents tout en ayant considéré l’avis de l’autre. Finalement, un leader doit aussi savoir se remettre en question en prenant en considération une opinion différente de la sienne.

 

Par l’apprentissage de nombreux soft-skills, l’école nous permet d’exercer un leadership plus naturellement et plus rapidement.

 

Le leadership en startup, un leadership moderne et constructif ?

De manière générale, le leadership au sein d’une startup se rapproche beaucoup de ce qu’a pu découvrir Christopher lors d’un stage dans un incubateur RH. Composé d’une équipe réduite – entre 10 et 15 personnes, chacun semble être sur un même pied d’égalité. Tous ont le droit à la parole, stagiaires, employés ou directeurs. La prise de décision est horizontale : étonnant au premier abord mais finalement très bénéfique par le partage de points de vue car chacun, peu importe son statut, peut avoir des idées pertinentes.

Et c’est en ce sens que Christopher imagine le modèle de management qu’il souhaiterait mettre en place. Finalement, le plus important pour un leader n’est peut-être pas uniquement de savoir décider. Il faut aussi décider de façon éclairée par les autres acteurs de l’entreprise. Car un bon leader, même si la décision finit toujours par lui revenir, ne prend jamais une décision seul.

Auteur

Curieuse et enthousiaste, je suis actuellement étudiante en Master à TBS Education. Actuellement, en année de césure, j'effectue un stage de 6 mois en Marketing Produit chez Kinéis.

Je me plais à évoluer dans des milieux challengeants aux projets innovants et prometteurs comme je peux l'expérimenter actuellement chez Kinéis. Très sociable, j'aime travailler en équipe et apprendre ne me fait pas peur. Bien au contraire, c'est ce qui me motive. Voir les 2 autres publications de l'autrice

Articles du numéro

Commentaires

Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.