Actualités

Partager sur :
28 décembre 2020
Portraits

Loïc GUICHAOUA (TBS 2015) - Créateur de Papa Outang

Vue 92 fois

Après avoir passé 3 ans en M&A entre la France et la Chine, il quitte tout pour lancer Papa Outang : la pâte à tartiner qui sauve la forêt tropicale

Loïc, bientôt 30 ans, passé par TBS puis par l’école 42. J’ai passé 3 ans entre la Chine et l’Europe à travailler sur des projets de fusion-acquisition avant de créer “Sensei Family” en 2019 avec Thibaut mon associé. Notre objectif est de créer des produits de grande consommation pour soutenir des associations de terrain.

Pourquoi avez-vous choisi TBS pour vos études ?
Pour ESCadrille ! J’hésitais entre TBS et une autre école après mes concours, et c’est la junior entreprise et son super palmarès qui ont fini de me séduire.

Avez-vous des anecdotes de promo à raconter ?
Entre les 2 premières années folles passées au sein de la JE, une année de césure en Chine, un master en finance passionnant, un semestre à Barcelone très sympa et un stage de fin d’études en finance à Paris très formateur... je me suis éclaté !

Que faites-vous aujourd’hui et comment en êtes-vous arrivé à ce stade de votre carrière professionnelle ?
Je travaillais en fusion-acquisition franco-chinoise et j’ai décidé de tout arrêter en 2019.

Moi qui parlait beaucoup d’environnement depuis plusieurs années je me suis soudainement rendu compte que je “n’incarnais pas du tout le changement que je voulais voir dans le monde”.

Je suis devenu vegan, zéro déchet et minimaliste quasiment du jour au lendemain, et je me suis mis à la recherche d’un associé pour “changer les choses”.

C’était il y a un an, et depuis on a lancé notre premier produit : “Papa Outang”, la pâte à tartiner anti-huile de palme qui sauve (vraiment) la forêt tropicale.

Le crowdfunding a eu un succès foudroyant avec plus de 2500 commandes et 11,000 € collectés pour Kalaweit, notre association partenaire. Cet argent va permettre de racheter 120,000m2 d’une forêt menacée par les industriels de l’huile de palme en vue de la transformer en réserve naturelle.

Notre objectif est de faire de Papa Outang, et de nos futures marques (on vise un rythme de 4 nouvelles marques chaque année), une source de revenus stable pour des associations de terrain comme Kalaweit.

Quels conseils donneriez-vous aux alumni de TBS, étudiant.e.s ou diplômé.e.s qui aimeraient avoir le même type de parcours que le vôtre ?

  1. Cru mais vrai : mettez un peu d’argent de côté pour vous créer une “runway” comme on dit, afin de vous permettre de vous consacrer à plein temps à votre projet pendant au moins 1 à 2 ans
  2. Si vous le pouvez, associez vous avec quelqu’un, il y en a toujours un qui à le pep’s dans les moments durs, et vous accomplirez trois fois plus si vos profils sont très complémentaires
  3. N’attendez pas pour vous lancer (trop de préparation finit par enterrer un projet), et commencez petit et concret, même si c’est à côté de votre job en attendant d’avoir mis assez de côté

Le réseau alumni a-t-il été un appui pour vous ?
Oui beaucoup, j’ai été surpris de voir à quel point ma promo s’est retrouvée “partout” dans l’économie française. On est éparpillés dans plein d’entreprises et il y en a toujours un, dans son secteur d’activité, qui est prêt à aider.

Acceptez-vous d’être contacté directement par des alumni, étudiants ou diplômés ?
Oui bien sûr, d’autant plus si vous portez un projet à impact ou si vous souhaitez travailler dans ce domaine.

Vous devez être connecté et cotisant.e* pour contacter Loïc Guichaoua

* Les diplômés de TBS Alumni des promos 2017 et antérieures sont appelés à cotiser à vie pour bénéficier de l'ensemble de nos services. En savoir plus
Les autres membres sont invités à démontrer leur esprit de solidarité en devenant Membre Donateur de la Fondation TBS. En savoir plus




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.