Actualités

Partager sur :
10 septembre 2020
Portraits

Jean-Sébastien GUICHAOUA (TBS 2003) - Directeur de Rétromobile

Vue 1197 fois

Ancien du BDS en 2001, acteur du SirozSport , passionné d’automobile…. Aujourd’hui directeur de l’évènement Rétromobile à Paris : une carrière pilotée de main de maitre !

Pourquoi avez-vous choisi TBS pour vos études ? Parlez-nous de votre parcours étudiant à TBS !

La bonne atmosphère que j’avais ressentie lors des admissibles, la réputation de l’école auprès des employeurs qui ne s’est jamais démentie depuis sa création, et le fait que mon père, ma mère et mon grand-père aient fait leurs études à Toulouse, alors que nous sommes bretons d’origine. C’était un signe !

En intégrant l’école, je n’avais pas vraiment d’idées sur ce que j’allais faire. Mais à travers mes différentes rencontres, principalement dans le milieu associatif de l’école (le BDS), les stages et mon année césure aux USA à New York, je suis sorti de l’école avec une plus grande confiance en moi, de l’expérience, prêt à affronter la vie active.

Avez-vous des anecdotes de promo à raconter ? Ou étiez-vous engagé.e au sein d’une association lors de vos années à TBS ?

Un grand souvenir lorsque nous avons gagné l’élection du Bureau des Sports en 2001. A l’époque, nous avions eu des difficultés pour réunir des fonds, mais nous avons tout de même réussi à organiser tant bien que mal pour les étudiants, une journée à Sesquières et une soirée à l’Arthur Club, boîte de nuit proche de l’école, mais disparue depuis. Je me souviens que certains d’entre nous avait fait les admissibles pour boucler le budget de la campagne. Qui se souvient de SirozSport ? Peut-être pas grand monde, mais l’ambiance y était fantastique ! A ce jour, je revois encore beaucoup d’anciens de différentes associations avec qui j’ai gardé une grande amitié.

Dans quelle optique êtes-vous entré(e)s dans la vie active après le diplôme ? Quelles étaient vos motivations ?

Mon optique était d’intégrer le monde automobile. J’avais effectué mes principaux stages chez des constructeurs, et je trouvais que c’était un domaine où on pouvait toucher à tout : vente, marketing, finance, logistique etc.

De plus, j’ai toujours été attiré par les voitures, donc autant travailler dans un secteur avec lequel j’avais une affinité.

Que faites vous aujourd’hui et comment en êtes-vous arrivé.e à ce stade de votre carrière professionnelle ?

Je suis le directeur de l’évènement Rétromobile à Paris, l’un des plus grands salons mondiaux dédié à l’automobile de collection.

Pourquoi avoir choisi ce métier, ce projet ?

Mon parcours professionnel a toujours été connecté avec les constructeurs, les ventes aux enchères automobiles et le monde des salons. Mon prédécesseur est resté 40 ans à la tête de l’évènement, et j’ai eu l’opportunité de le remplacer en 2018. Mon métier d’aujourd’hui est de créer du rêve auprès de 135 000 visiteurs annuels. Ce qui est fantastique, c’est que je peux allier mon amour de l’automobile et de l’histoire contemporaine, tout en faisant des rencontres incroyables. Des belles histoires, j’en entends tous les jours ! Aussi, il ne faut pas oublier la dimension managériale et financière. Les enjeux sont importants, et chaque année je dois me remettre en question pour que l’évènement soit à la hauteur.

A partir de quel moment avez-vous su que cette voie était faite pour vous ?

Je l’ai su quand j’ai intégré le groupe Comexposium, qui est un des leaders mondiaux dans l’organisation de salons.

L’ambiance m’a tout de suite plû, et j’ai su rapidement que c’est dans cet univers que je souhaitais continuer ma carrière. La possibilité de mixer automobile et évènementiel était une belle opportunité que je ne pouvais pas laisser passer !

Que faites-vous aujourd’hui et comment en êtes-vous arrivé à ce stade de votre carrière professionnelle ?

J’ai commencé chez Décathlon comme manager. Super expérience terrain, avec du management et de vraies responsabilités. Ensuite, j’ai eu l’opportunité de travailler dans le secteur automobile pour ne plus en sortir : Citroën en Allemagne à Cologne, Mercedes Benz France et British Car Auctions à différents postes commerciaux et marketing.

Aujourd’hui, je travaille chez Comexposium qui organise des salons dans le monde entier. J’ai commencé comme directeur commercial pour deux salons BtoB internationaux que sont Equip Auto et Solutrans, dans les domaines de l’après-vente automobile et de la mobilité. Ensuite, j’ai pris la direction de Retromobile.

Que vous ont apporté vos études dans cette réalisation personnelle et/ou professionnelle ? 

D’un point de vue personnel, j’y ai rencontré une seconde famille avec le système associatif. On y développe la confiance en soi, la solidarité, le partage, et le travail en équipe, mais aussi le sens de la fête !

D’un point de vue professionnel, j’ai effectué des stages, et fais des rencontres qui m’ont permis de tracer ma route, et d’en être là où j’en suis aujourd’hui : quelqu’un d’épanoui professionnellement et heureux dans ma vie de tous les jours.

Où vous voyez-vous dans dix ans ?

Peut-être encore à la tête de Rétromobile. J’ai encore tellement de choses à découvrir ! De plus, nous avons un projet de développement aux USA dans les prochaines années, et peut être en Asie.

Le réseau alumni a-t-il été un appui pour vous ? Si oui, comment vous a-t-il aidé ?

J’ai toujours été soutenu par le réseau des alumni. Il m’est arrivé d’avoir des périodes de creux entre deux emplois, mais grâce au réseau, j’ai toujours pu rebondir de manière positive. On sent qu’il y a une vraie solidarité entre anciens de l’école.

Comment recommanderiez-vous son utilisation ?

Qu’on soit étudiant ou diplômé, le réseau est essentiel. N’hésitez pas à l’utiliser. Il m’arrive parfois d’être sollicité pour des conseils, et je prends toujours le temps pour répondre. 

Quels conseils donneriez-vous aux alumni de TBS, étudiant.e.s ou diplômé.e.s qui aimeraient avoir le même type de parcours que le vôtre ?

Pour les étudiants, profitez de vos années d’école car elles sont trop courtes. Vous ferez des rencontres qui vous marqueront personnellement et professionnellement. Au-delà des cours, qui restent important pour développer vos connaissances, n’hésitez pas à multiplier les expériences à travers le système associatif, et les stages. Ces derniers conditionneront une partie de votre carrière future.

Acceptez-vous d’être contacté.e directement par des alumni, étudiants ou diplômés ?

Ils peuvent me contacter sans aucun problème.

Mon mail personnel :

js.guichaoua@gmail.com



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.