Actualités

Partager sur :
16 décembre 2020
Association

Tout plaquer pour s'installer à la campagne, c'est le choix de nos deux alumni

Vue 187 fois

 « Le confinement où nous voyions nos garçons en cage, m’a fait réaliser
à quel point ce n’était pas l’enfance que je leur souhaitais »

 

Servanne REGENT et son mari Yves (TBS 2010) ont décidé de quitter Toulouse et leur vie à la ville à la fin du premier confinement. Ils ont pris la direction de la campagne bourguignonne où il n'y a ni pollution sonore, ni pollution visuelle. Cette décision leur a permis de retrouver l'équilibre de vie qui leur manquait.

« Nous avons longtemps discuté de la vie que nous voulions et de la définition d’un meilleur équilibre de vie. Perdre cette impression de toujours courir après le temps. Aujourd’hui, le temps de transport est remplacé par des moments pour moi et pour nous ».

Les deux anciens Toulousains n’étaient pourtant pas à plaindre, ils habitaient une maison avec un extérieur. Mais le confinement n’a pas été la seule motivation pour leur départ, il a juste accéléré leur décision. « Je m’éclatais dans mon job, mais avec mon conjoint nous n’avions plus de temps pour notre couple et pour nos enfants », souligne cette ancienne cadre dans l’immobilier d’entreprise.

Leur nouveau logement près de Beaune offre une vie plus calme et plus proche de la nature. Les enfants ont désormais plus de place pour se dégourdir et peuvent même découvrir les joies d'avoir un poulailler dans le jardin. 

« La réussite est dans le pré »

Le couple n’a pas lâché non plus ses ambitions professionnelles. Il a décidé d’entreprendre ensemble et de le faire depuis la campagne. Ils sont à l’origine du projet "La réussite est dans le pré"

"Nous avons décidé de monter un concept de coworking rural. Demain, avec l’évolution du télétravail, chacun pourra choisir de travailler là où il a envie de vivre et plus l’inverse."

Servanne et Yves ont la volonté de créer des espaces de coworking dans les cœurs de village. « Il faut qu’on arrête de vampiriser, avec les métropoles, les territoires ruraux ».  

À la question de savoir ce qui leur manque le plus après avoir quitté Toulouse, avec un peu d’humour, Servanne répond d’emblée : « la soirée télé avec Deliveroo ou Uber Eats ». Pourtant, côté gastronomie, elle dit pouvoir compter sur une alimentation saine dans son nouveau territoire d’adoption. « Nous mangeons mieux, au plus près des produits ».

 

Si vous voulez en savoir plus sur La réussite est dans le pré", et pour contacter Servanne, vous devez être connecté et cotisant




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.