Actualités

Partager sur :
21 décembre 2020
Portraits

Christoph NETTESHEIM (TBS 1992) - Grande carrière, sages conseils

Vue 197 fois

Alumni de promo 1992, j'ai fait le grand huit en termes de rôles, d'endroits, de projets. Je suis très privilégié pour l'envergure des expériences que j'ai eu la chance de vivre. 

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ? 
A l'âge de 20 ans j'ai quitté ma région pour m'installer à Toulouse. 

Je suis né dans une famille d'avocats à Stuttgart où j'ai grandi et commencé mes études. L'apprentissage et les nouvelles expériences sont très proches de mon coeur : j'ai dû passer des milliers d'heures à lire, à discuter avec des amis et à voyager. Après une scolarité humaniste (qui comptait parmi les matières le grecque et le latin), puis un apprentissage dans une banque, j'ai choisi des études supérieures en ingénierie à l'université technique de Berlin. 

Pourquoi avez-vous choisi TBS pour suivre vos études ? 
Toulouse était une destination de rêve pour un jeune Berlinois : l'espoir de trouver le soleil, la gastronomie et l'art de vivre du Sud de la France. Le programme double-diplôme entre l'université de Berlin et TBS rendait facile l'intégration à TBS. Honnêtement, je n'avais pas trop préparé mon séjour en amont, j'ai essayé de perfectionner mon français limité en lisant Victor Hugo et Voltaire, ce qui n'était pas une grande aide. Et puis je suis monté en voiture direction le sud. Les premiers temps étaient durs : les méthodes pédagogiques basées sur des études de cas, les partiels, etc. Néanmoins, j'y ai passé un super moment. La multitude d'efforts en équipe pour résoudre des problèmes concrets m'amusait beaucoup et donnait le sens de la réalité à l'apprentissage. Les professeurs étaient ouverts et les classes particulièrement petites. A mes yeux, les points forts du programme étaient les cours de stratégie qui m'ont ouvert les yeux aux points essentiels d'une société. Et j'ai adoré les weekends : les randonnées dans les Pyrénées, les baignades dans l'Atlantique, les visites locales. Globalement c'était une période superbe pour sa qualité d'enseignement et pour son art de vivre. 

Avez-vous des anecdotes de promo à partager ? 
Il y a grand nombre de souvenirs tendres. La plupart sont associées à l'esprit d'ouverture et la volonté des étudiants locaux de nous intégrer, travailler avec nous et s'amuser avec nous qui n'étaient pas du coin. Rien de particulier à partager ici car la majorité est très personnelle. 

Quelles est votre situation actuelle et comment êtes-vous arrivé où vous en êtes aujourd'hui dans votre carrière professionnelle ? 
L'époque de Toulouse est lointaine alors je vais faire court sur cette évolution ici. J'ai passé 26 ans dans la même société, le Boston Consulting Group, cependant j'ai souvent réinventé mon rôle en acceptant de nouvelles responsabilités et j'ai été souvent délocalisé. Parmi d'autres, j'ai eu le privilège d'être responsable des ventes monde entre BCG et les sociétés technologiques, être précurseur dans l'implantation de BCG en Grande Chine, de démarrer de nouvelles affaires avec des sociétés de gaz et de pétrole en Asie du sud-est, et de devenir directeur de la filiale, BCG Platinion. De surcroît, c'était franchement superbe de travailler avec les exécutifs de grandes entreprises dans des endroits aussi variés que Helsinki à Bornéo – toujours un challenge mais en même temps très stimulant tant pour les expériences que pour les opportunités d'apprendre. Ma famille (mon épouse et mes quatre enfants, tous étudiants ou professionnels) m'a apporté le sentiment d'enracinement et d'équilibre. Malgré l'équilibre perçu, j'ai eu une période d'épuisement et je me suis effondré il y a quelques temps. C'était une expérience éprouvante, cependant avec le recul, je n'aurais pas vécu autrement car cela m'a offert l'opportunité d'analyser ma vie dans une lumière nouvelle. J'ai donc décidé de concentrer tout mon travail sur des aspects qui portent un sens plus profond, et que j'ai plaisir à réaliser. J'ai quitté BCG et maintenant je passe mon temps avec une panoplie d'activités amusantes : je suis consultant pour quelques PDG et présidents de grands groupes. Je conseille plusieurs ONG, je donne des cours à des jeunes et je m'occupe d'une plantation d'oliviers en Toscane. 

Quels conseils donneriez-vous aux alumni de TBS, étudiant.e.s ou diplômé.e.s qui aimeraient avoir le même type de parcours que le vôtre ?
Au cours de ma vie professionnelle, j'ai appris deux ou trois choses très intéressantes qui pourraient servir aussi de base de réflexion pour les étudiants à l'aube de leurs carrières. D'abord, poursuivre vos passions : travailler dans un domaine que vous aimez vraiment est une récompense énorme qui donne un sentiment de s'amuser plus que travailler. Ensuite, choisir votre employeur en prenant en compte les personnes avec qui vous allez travailler car vous allez passer beaucoup de temps ensemble. Troisièmement, une fois au travail, interrogez-vous en permanence - au sujet du secteur, à la valeur ajoutée que vous pouvez y apporter. Ceci garantira que vous continuez à apprendre et à évoluer. Par-dessus le marché, soyez confiant que "vous pouvez le faire" - tout le monde, même le plus haut dirigeant, n'est qu'une personne comme une autre, comme vous et moi.

Le réseau alumni a-t-il été un appui pour vous ?
Je n'ai rien à dire car honnêtement quand je suis parti de Toulouse, l'organisation du réseau alumni n'était pas aussi sophistiquée, et j'étais très loin dès mon départ. 

Acceptez-vous d’être contacté directement par des alumni, étudiants ou diplômés ?
Oui, mes coordonnées sont à jour. Simplement je ne parle plus français depuis près de 30 ans, alors, si je sais le lire, mon écrit est un peu rouillé.

  

Pour contacter Cristoph NETTESHEIM, vous devez être connecté et cotisant* 

 

* Les diplômés de TBS Alumni des promos 2017 et antérieures sont appelés à cotiser à vie pour bénéficier de l'ensemble de nos services. En savoir plus
Les autres membres sont invités à démontrer leur esprit de solidarité en devenant Membre Donateur de la Fondation TBS. En savoir plus

 




Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.