Actualité

Vue 2148 fois
24 juin 2019

Nos Parcours Incroyables : SERGE J MASSAT (TBS 1975)

Qui étiez-vous à l’école ?

 

Pourquoi avez-vous choisi Toulouse ?

Né et élevé à Toulouse, voulant faire des études d’expertise comptable, le choix de ma ville natale pour m’engager dans cette voix m'a paru évident.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours à TBS ? (Études)

J’ai commencé par faire Prépa à SupdeCo Toulouse, comme on disait alors. Élève studieux, peut-être trop mais un tant soit peu insolent, j’ai vite choisi option Finance-Compta et ai trie dans les cours ce qui me paraissait indispensable de ce qui ne me servirait jamais dans la vie professionnelle.  Par exemple, à l’époque, en informatique, on nous faisait écrire des programmes avec des cartes perforées. Quelle perte de temps dans mon esprit : je savais qu’un jour quelqu'un écrirait des programmes pour moi. Pour l’anecdote, je suis sorti majeur de ma promo après le 40e 😊 et j’ai eu 0.25 sur 20 à mon examen de sortie en informatique.

Avez-vous des anecdotes de promo à partager ? (Associations étudiantes…)

Je crois que l’anecdote qui m’a marqué pour la vie et a marqué ma vie aussi a eu lieu un jeudi du mois de mars 1973 : le jeudi après-midi était destiné au sport et le matin nous étions en cours. Or, ces jeudis-là, je n’avais que 2h de cours d’informatique en tout et pour tout, et fort de ma théorie ci-dessus ou écrire des programmes ne me serait jamais utile, je me suis auto-dispense de ces cours et’ai passe quasiment tous mes jeudis sur les pistes de ski.  Et un beau jour, en prenant l’apéro avec des 3e année après la journée de ski, j’ai appris qu’ils partaient en voyage d’études au Mexique.  Au pied levé, 10 jours plus tard je partais avec eux pour 2 semaines.  Sur place, la 1ere semaine, nous avons étudié l’économie mexicaine, macro et micro… et la 2eme semaine, nous avons étudié… les mexicaines.  Ça m’a marqué forever: 21 ans plus tard, j’ouvrais un cabinet à Mexico.  Le 1er expert-comptable étranger à ouvrir un cabinet en direct au Mexique, avant les EY et autres KPMG… Aujourd’hui, j’ai 75 collaborateurs ou associés à Mexico.

 

Qui êtes-vous aujourd’hui ?

 

Quelle est votre situation actuelle ?

Diplôme d’Expertise comptable en France et aux Etats Unis, je dirige ou co-dirige 4 cabinets que j’ai créés en Amérique du Nord : Montréal, New York, Miami et Mexico, plus une antenne à La Havane. A 66 ans, j’aspire à prendre un peu de recul. Par chance, sur chaque site, j’ai pu associer des jeunes qui sont en train de prendre la relève.

Pourquoi avoir choisi ce métier, ce projet ?

J’ai choisi ce métier par défaut, sans trop savoir où j’allais, peut-être parce que je sentais qu’un jour je pourrais être mon propre patron et n’aurai de comptes à rendre à personne ?

Mais que voulez-vous dire par Projet ?  Vous croyez qu’a 18 ans, le BAC en poche on sait déjà ce que sera sa carrière ?  C’est ce que je reproche aux étudiants d’aujourd’hui et autres jeunes diplômés : ils veulent « faire carrière », ils s’enferment eux-mêmes dans un cadre rigide qui ne laisse pas de place a l’imagination ou a la créativité.  Vous croyez que quand j’ai intégré TBS j’avais ce projet d’ouvrir des cabinets à New York, Boston (vendu depuis), Mexico, Montreal, La havane, Miami, Luxembourg et Paris ? Non, c’est en ouvrant les yeux et en gardant un esprit d’entrepreneur que l’on peut réaliser cela.

Qu’est-ce vos études vous ont apporté dans cette réalisation personnelle et /ou professionnelle ? 

Comme a tout un chacun, les études m’ont donné des bases.  Élève très (trop) studieux, Prix d’excellence chaque année jusqu’ au BAC, je pense que le déclic a été ce voyage d’ « Etude » au Mexique en 1973, évoqué plus haut.  J’ai compris qu’il y avait dans la vie autre chose que les études, que l’on n’avait pas besoin d’être major de sa promo pour réussir et qu’il suffisait parfois d’ouvrir les yeux sur ce (lire ce et pas ceux) qui vous entoure, sur le monde en général.

 

Quels conseils aux alumni de TBS, étudiants ou diplômés ?

Ça fait longtemps que je prodigue des conseils a des étudiants ou jeunes diplômés.  Mais ils ne sont pas très réceptifs car on leur inculque trop que diplôme en poche, la société, le futur employeur leur « doit » alors qu’ils n’ont pas encore fait leurs preuves.  Ils sont brainwashed dans leurs écoles de commerce ou autre.

Si vous savez lire entre les lignes, vous avez déjà mes autres réponses ci-dessus :

- Faire du travail très sérieux sans trop se prendre au sérieux

- Ne pas s’enfermer dans un cadre rigide (carriériste) qui vous aveugle, garder les yeux ouverts sur les opportunités et savoir les saisir

- Savoir semer pour récolter

- Eviter d’être trop prétentieux

- Avoir l’esprit d’entreprise et savoir prendre des risques mesures

 

 


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.