Actualité

Vue 126 fois
02 décembre 2019

Nos Parcours Incroyables : Jean-Michel BARTHEZ (TBS 2006)

Pourquoi avez-vous choisi Toulouse, et TBS, pour suivre vos études ?

A près de 40 ans, l’objectif était de rebondir après 15 ans passés dans la R&D dans le domaine des matériaux et l’automobile. Je vivais alors en haute Normandie (Eure) et passer mon temps entre voyages professionnels et personnels

Ma cible était la proximité de Montpellier ou vivaient mes filles et leur mères ainsi que ma compagne.

Déjà titulaire d’un doctorat, je souhaitais m’orienter vers un diplôme d’excellence tel qu’un MBA avec trois possibilités dans ce périmètre géographique pour des raisons familiales :

  • L’EM de Lyon
  • Euromed à Marseille
  • TBS à Toulouse

J’ai finalement choisi TBS pour trois raisons :

  • Le secteur d’activité et la spécificité du MBA : l’Aéronautique,
  • La réactivité de l’équipe en charge du programme,
  • La proximité géographique avec Montpellier malgré l’absence de ligne TGV.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours étudiant à TBS ? 

Une année incroyable :

  • Un accueil top niveau dès le premier jour avec le Séminaire de ‘Team Building‘ à Moissac,
  • Une équipe internationales multi culturelles de 27 ‘delegates’ (Chinois, Russe, Indiens, Omanais, Ukrainien, Canadien, Américaine, Colombien, Allemand, Anglais, Marocain, Français, …),
  • Une salle dédiée confortable avec un accès à la terrasse du dernier étage (génial pour les pauses et pour observer la campagne d’essai de l’A380),
  • Une équipe dévouée dirigée par Jacques Tournut qui a marqué le programme de son empreinte pendant plus de 15 ans

Avez-vous des anecdotes de promo à partager ? (Associations étudiantes, projets, professeurs…)

Tellement d’anecdotes liées aux multiples personnalités et aux différents évènements organisés en privé par quelques membres de la promo (repas, pique-nique, sortie à la neige) ou avec les différents évènements organisés par le programme (notamment le voyage à Paris pendant les émeutes de 2005 !), les problèmes de santé d’une delegates qui a dû être opérées en urgence et qui a plus de 50 ans a retrouvé un poste de haut niveau en Finance et compta dans la région de Seattle

 

Qui êtes-vous aujourd’hui ?

Dans quelle optique êtes-vous entré(e)s dans la vie active après le diplôme ? Quelles étaient vos motivations ?

Dans un premier temps, des débuts difficile, la crise chez Airbus liées aux problèmes d’industrialisation de l’A380, un parrain de promo (le patron d’Airbus France de l’époque) difficile à rencontrer, un réseau à reconstruire mais grâce à TBS et au MBA que j’ai obtenu en 2006, j’ai pu participer en novembre à Aeromart 2006 à Toulouse et rencontrer mon futur manager.

Très motivés par l’obtention de mon nouveau ‘sésame’, on m’a proposé d’intégrer une filiale d’Airbus, spécialiste du PLM (un de mes objectifs professionnel sectoriel) et en charge du support du Design to Cost (Conception à coût objectif). Malgré l’apport théorique et pratique du MBA sur ce sujet, j’ai mis à peu près 6 mois avant d’avoir une proposition ferme malgré une trentaine de CV envoyé et une dizaine d’entretiens pendant cette période ; le réseau des Alumni a été très précieux ainsi que certains membres du corps professoral de TBS.

Quelle est votre situation actuelle ?

Je travaille toujours chez CIMPA (depuis plus de 12 ans maintenant) qui a été revendue au Groupe Sopra-Stéria en 2015. Le groupe Airbus, et plus spécifiquement l’activité d’aviation civile, reste notre principal client (> 80 % du CA) malgré de gros efforts lancés vers d’autres domaines (transport, énergie) en France et en Europe.

L’activité transnationale reste très liées à notre activité avec Airbus (en Allemagne, au Royaume-Uni, en Espagne et en France).

J’occupe un poste de Consultant PLM en système d’information (IS / IT) avec des activités régulières de support sur différents programmes liés au PLM d’Airbus

Je suis aussi animateur de formation syndicale depuis début 2019 (18 à 20 jours / an).

Pourquoi avoir choisi ce métier, ce projet ?

Sur la partie PLM, c’est grâce à mon esprit curieux et à la complexité de ce domaine qui va du ‘croquis’ au suivi en service de chaque avion.

Pour la formation, c’est devenu mon objectif principal afin de concilier l’utile à l’agréable jusqu’à la ‘fin’ de ma carrière professionnelle ; c’est un domaine, la formation, pour lequel j’ai été tout d’abord formé à l’université durant ma licence et ma maîtrise ès Sciences Physique qui nous préparait aux concours d’enseignement (CAPES, Agrégation), puis le poste de moniteur et d’Attaché d’enseignement qui m’a permis d’entretenir pendant mon début de carrière à l’université puis sur mes premiers postes dans l’industrie.

A partir de quel moment avez-vous su que cette voie était faite pour vous ?

J’en ai pris conscience il y a 2-3 ans, lorsque une routine s’est installé progressivement dans les missions proposées et la faible valeur ajoutée demandée, ainsi que le manque de challenges intellectuels et techniques.

Comment êtes-vous arrivé où vous en êtes aujourd’hui dans votre carrière professionnelle ? (Les grandes étapes à prendre en compte)

Tout d’abord finaliser mon Doctorat, qui était et reste un challenge important à la fin de vos études universitaires, ensuite trouver un job dans un pays ou ce niveau d’études (hors Université et quelques grandes écoles) n’est pas vraiment reconnu, le diplôme d’ingénieur et les réseau des écoles d’ingénieurs ainsi que ceux des écoles de commerce sont beaucoup mieux structurés et orientés vers l’industrie que ceux des universités (en règle générale).

Comprendre le monde l’entreprise et s’y intégrer avec force de propositions et d’initiatives en phase avec les objectifs de l’entreprises ou du projet pour lequel vous êtes investi.

Ensuite vient de le temps de l’ambition professionnelle en même temps qu’un besoin de reconnaissance que j’ai eu la chance de connaitre qui m’a permis de prendre la direction d’une équipe d’ingénieurs spécialisés en simulation numérique chez un des clients de mon employeur

Que vous ont apporté vos études dans cette réalisation personnelle et/ou professionnelle ?

Un nouveau cadre de vie, dans une grande et belle ville à proximité de ma famille, une entreprise spécialisée dans le PLM filiale d’un grand groupe Aéronautique.

Pendant 5 ans, j’ai mis à contribution mes connaissances, les nouvelles acquises pendant le MBA, au profit d’un nouveau programme aéronautique orientée sur une analyse économique des coûts de fabrication de composants et de sous-ensembles aéronautiques.

En //, j’ai rencontré une personne et rebâti une nouvelle famille et je suis maintenant le papa d’un jeune garçon (qui a maintenant 10 ans) et de 2 grandes filles.

Où vous voyez-vous dans dix ans ?

Dans 10 ans, j’aurais 63 ans, et je continuerai à enseigner en Europe, en Asie ou en Amérique du nord. Je me focaliserai sur des sujets concernant l’Aéronautique, notamment la fabrication des avions mais aussi tout ce qui tourne autour des systèmes d’information ainsi que la transformation digitale en plein essor actuellement dans les secteurs industriels.


Vous devez être connecté pour laisser un commentaire.