Actualités

Partager sur :
31 mars 2020
Portraits

Giampaolo Missaglia (TBS 2018) - Musicien professionnel

Vue 282 fois

Ecole de commerce et passion pour la musique ne sont pas indissociables. Laissez-vous porter par le parcours de Giampaolo, notre talentueux alumnus ! 

Pouvez-vous nous parler de votre parcours étudiant à TBS ?

J’ai suivi le Master 1 «International Business», dirigé par Andrew Barron puis l’option professionnelle «Management des activités culturelles et créatives» (MACC), dirigée par Rébecca Arditti Siry. Deux personnes très positives que j’ai eu plaisir à côtoyer.

Dans quelle optique êtes-vous entré dans la vie active après le diplôme ? Quelles étaient vos motivations ?

J’ai décidé de devenir musicien professionnel. C’est autour de ma passion pour la musique que j’ai construit mon projet pendant mes années à TBS, et c’est dans cette même voie que j’ai décidé de poursuivre mon parcours.

Que faites-vous aujourd’hui ?

En parallèle de mon activité de musicien, je poursuis des études musicales au sein de la Licence de Musicologie à la faculté du Mirail à Toulouse, ainsi qu’au Conservatoire National de Toulouse. Je fais partie de plusieurs formations en tant que guitariste, arrangeur et compositeur. Ces formations ont toutes des esthétiques très hétéroclites, avec tout de même un dénominateur commun : un lien plus ou moins marqué avec le jazz et les «musiques improvisées».

Pourquoi avoir choisi ce métier, ce projet ?

En commençant la musique, j’ai vite su qu’il serait impossible de me contenter d’en faire un hobby. J’ai toujours eu soif d’apprendre, de progresser sur l’instrument, et l’envie de m’y dédier pleinement. Il s’agit d’une position souvent mal comprise, et pas toujours évidente à tenir. Or une carrière artistique n’est pas plus le fruit des aléas du hasard que toute autre activité entrepreneuriale. Avec de la passion, de la patience, et énormément de travail, il était possible d’en faire son métier.

A partir de quel moment avez-vous su que cette voie était faite pour vous ?

Probablement après avoir appris mes premiers morceaux de Nirvana et Johnny Cash… Le style a quand même un peu évolué depuis !

Comment êtes-vous arrivé où vous en êtes aujourd’hui dans votre carrière professionnelle ? 

La musique m’a accompagné tout au long de mes études. J’ai mené une vie paisible et insouciante jusqu’au lycée, lorsque j’ai décidé de me mettre à la musique. Cette passion m’a accompagné pendant mes deux années de prépa, puis à TBS. C’est pendant mon cursus à l’école que j’ai entrepris en parallèle des études musicales. Cela a été un bouleversement et un plongeon dans l’univers du jazz. Après avoir jonglé entre deux sphères académiques bien lointaines, je me suis finalement dédié pleinement à la musique.

Que vous ont apporté vos études dans cette réalisation personnelle et/ou professionnelle ?

J’ai compris que pour aboutir, une belle idée a besoin d’être bien entourée. Cela tient beaucoup à des facteurs très concrets, à commencer par des objectifs et une planification clairs. Cette méthodologie m’aide beaucoup dans la construction et dans la gestion de mes projets. En outre, j’ai vécu pendant mes années TBS une expérience inoubliable qui a été un vrai tournant pour moi : mon stage de fin d’études mené à Lomé, au Togo en Afrique de l'Ouest. L’Afrique subsaharienne m’attirait pour son immense richesse culturelle, et en particulier musicale. Mais j’étais bien loin de m’imaginer tout ce qui m’attendait là-bas… que d’aventures ! J’ai joué partout où je le pouvais : dans les rues de Lomé, dans des petites et des grandes salles de spectacles, dans des hôtels de luxe et des temples religieux. Ce voyage a été l’occasion de collaborer avec de nombreux musiciens et musiciennes formidables, qui m’ont accueilli à bras ouverts. Là-bas, j’ai créé un projet dont l’ambition était de composer un répertoire original mêlant des éléments du jazz à des rythmes et chants traditionnels de la musique subsaharienne. Monter et concrétiser ce projet a été aussi enrichissant que difficile. C’était la première fois que je me trouvais à la fois dans le rôle de musicien et de «producteur» d’un projet. Mais nous avons obtenu de belles réussites, des concerts dont je garde un souvenir formidable. Ce fut une expérience qui m’a permis d’apprendre énormément : humainement d’abord, mais aussi culturellement et professionnellement.

Comment le réseau Alumni a-t-il été un appui pour vous ?

Il m’a permis de faire part de mes questionnements à des personnes s’y étant elles-mêmes confrontées. Notamment concernant mon choix de voie professionnelle et mon départ en Afrique.

Comment recommanderiez-vous son utilisation ?

En user et en abuser. C’est une chance de pouvoir compter sur les conseils professionnels d’anciens étudiants.

Enfin, acceptez-vous que les Alumni vous contactent directement, s'ils sont intéressés par votre parcours ?

Avec plaisir !

Et parce que la musique vaut plus que les mots, écoutez les talents de Giampaolo sur 

Facebook
https://www.facebook.com/OckhamQuartet/  (quartet de musique au genre difficilement étiquetable)

ou sur youtube :

https://www.youtube.com/channel/UCuCysvT2rubA40xwXj7BQ-Q (trio de jazz)

https://www.youtube.com/channel/UCbtJGY_YSTYn_zcAfqmb2QQ(quartet de musique au genre difficilement étiquetable)

 

 



Commentaires

Vous devez être connecté pour laisser un commentaire. Connectez-vous.